<img width="1" height="1" alt="" src="http://logc406.xiti.com/hit.xiti?s=556226&s2=&p=&di=&an=&ac=" >

Accompagnement et thérapie des troubles du comportement alimentaire

Psychothérapie : addictions et troubles du comportement alimentaires

En collaboration avec le cabinet Anvisage à Trans-en-provence dont est extraite cette page et l'association "Autrement"

Thérapie des addictions et TCA

Cette page est dédiée aux addicitions et aux troubles du comportement alimentaire pour que les personnes concernées s'y retrouvent mais ne s'y attardent pas...Cette lecture sera peut-être un premier pas vers vous-même et une vie sans addiction. Pour les autres, c'est une ouverture à la compréhension.

Vous y trouverez également quelques informations sur la dépendance et les compulsions...en toute indulgence et compassion.

Prenez soin également de lire les quelques lignes réservées aux malades et leur entourage pour mieux mesurer combien chacun de vous a du courage.

Vous comprendrez mieux aussi comment choisir votre psychothérapeute.

Les TCA: troubles du comportement alimentaire

troubles du comportement alimentaireLes troubles du comportement alimentaire sont-ils des addictions? Certains spécialistes les classent dans les addictions, d'autres les en distinguent. L'objectif n'est pas d'entrer dans ce débat mais de signifier que, dès leur première approche, les troubles de comportement alimentaires (TCA) sont déjà difficiles à cerner et à qualifier.

Initialement, le terme d'addiction sous-tendait qu'il y a dépendance à un produit ou une substance psycho-active (tabac, drogue, alcool...). Mais le terme s'est aujourd'hui élargi aux comportements, et la dépendance aux achats, au sport, aux jeux, au travail qui est reconnue comme une réelle addiction sans substance.

Les troubles du comportement alimentaire ne sont pas classés dans les addictions avec substance à la base, car la nourriture ne fait pas partie des substances "à risques" pour la santé ou des substances "illicites" ou socialement "peu correctes". Néanmoins, la nourriture est un produit et sa consommation mal gérée peut nuire à la santé.

La nourriture est une substance PSYCHO-AFFECTIVE : elle agit sur notre fonctionnement biologique et psychologique tout comme les substances psycho-actives mais en plus, elle est au cœur du lien à la vie, à la mère, à l'amour de soi, au coeur du partage avec les autres, de la convivialité, de la socialisation et du plaisir, de l'épanouissement... Il n'y a pas de substance plus sujette, à mon sens, à créer de la dépendance que celle-ci: comment le nourrisson (qui porte si bien son nom!) peut-il vivre sans dépendre de l'apport de nourriture par ses parents ? La dépendance à la nourriture, la dépendance aux autres, la dépendance au lien parental...

L'indépendance se gagne ensuite pas à pas en répondant seul à son besoin de nourriture et d'amour de soi.

Les troubles du comportement alimentaire portent bien leur nom: il s'agit à la fois de troubles de l'alimentation puisque la personne ne se nourrit plus en fonction de sa faim et de ses besoins mais en rapport avec des critères personnels d'ordre psycho-affectifs, mais aussi de troubles du comportement autour de la prise alimentaire et plus largement dans ses comportements quotidiens à tous niveaux (dans ses activités physiques, sociales, ses préoccupations, sa communication...). C'est l'ensemble de la vie du malade qui est temporairement transformée, à l'instar de l'image transformée/ déformée qu'il a de lui-même.

Pour tous les aspects se rapportant à l'épidémiologie, l'éthiologie, la physiopathalogie de ses maladies, je vous invite à lire le site de l'association "AUTREMENT"

Le soin de ses maladies peut-être long et demande une réelle implication de la personne: la thérapie devient la priorité à ce moment précis de vie. Cela n'a rien "d'égoiste", c'est une mesure vitale pour mieux pouvoir donner ensuite et longtemps.

C'est une illusion (ancestralement cultivée) de penser que l'on donne bien aux autres quand on ne prend pas soin de soi avant tout : ce qui rend le don généreux, c'est la congruence...Où est la congruence d'une personne généreuse pour les autres et si avare en amour et en soin avec elle-même ?

Le psychothérapeute sera un allié majeur mais ne sera pas le seul et il accompagnera le patient à trouver d'autres partenaires de sa guérison (médecin, nutritionniste, professionnel des massages et/ou de la relaxation, groupes de parole et/ou d'expression corporelle...).

troubles du comportement alimentaire


L'entourage est un soutien également et le thérapeute pourra informer les parents et conjoints pour qu'ils se sentent moins démunis devant la maladie. Il leur proposera de trouver des lieux pour se ressourcer. Le chemin est long et il est important que les personnes qui encadrent la guérison du malade gardent leur énergie jusqu'au bout, autant que le malade lui-même.


La psychothérapie est avant tout une rencontre et c'est cette rencontre précise, alors que d'autres n'ont pas abouties, qui change tout : une thérapie centrée sur le lien et la personne que vous êtes. Vous n'êtes pas une anorexique, pas une boulimique, pas un obèse, pas un grignoteur impulsif....vous êtes une personne dont la maladie exprime un mal -être qui n'a pas trouvé les mots des maux, alors elle trouve votre corps et la nourriture, substance "psycho-affective" au cœur de notre vie à tous.


Boulimie PACA - Anorexie PACA


Remettons un trèfle à 4 feuilles dans votre assiette et du bonheur dans votre coeur.

SPORT et troubles du comportement alimentaire:  

Particulièrement sensible à la vie du sportif, le cabinet EByM accompagne le sportif pris dans l'étau de la performance, de l'orthorexie., et des dérapages alimentaires dus à des phases de séches excessivement strictes et nocives pour la santé. Ces phases de famine alternées avec des prises de masses importantes dérèglent le système et génèrent et/ou chronicisent le TCA latent.